Vote sur internet 2019

Pour la treizième fois déjà la Communauté d'intérêts (CI) Priorité Liberté distingue avec son "Paragraphe rouillé" la loi la plus inutile ou la décision la plus fâcheuse de l'année.

Le vote sur internet est términé.

Laurent Favre

Conseiller d'Etat du canton de Neuchâtel

 

Interdiction du "beer-pong"

La fonction publique se permet de plus en plus souvent de décider de la manière dont nous devons passer nos journées et de ce que nous avons le droit ou non de consommer. Le canton de Neuchâtel n'échappe pas à cette tendance. Une nouvelle loi sur la police du com-merce y est entrée en vigueur le 1er janvier 2015. Elle règle en détail la consommation de boissons alcoolisées en interdisant les "happy-hours" dès 19 heures ainsi que tous les jeux portant sur des boissons alcoolisées. Par exemple, il est interdit à Neuchâtel de jouer au "beer-pong". De l'avis de l'administration, un joueur "pris par la passion du jeu" pourrait être tenté d'augmenter sa consommation d'alcool, ce qui serait mauvais pour sa santé. Les fonctionnaires neuchâtelois n'en font-ils pas un peu trop?

Jonas Motschi

Chef de l'office de l'éco-nomie et du travail du canton de Soleure

Nuitée interdite dans les crèches malgré un formulaire d'hébergement

Pour beaucoup d'enfants une nuit passée à la crèche est un grand moment de l'année – et les parents y gagnent une soirée libre. Or, l'administration se fait rabat-joie en interdisant le travail de nuit des employés des crèches. Même des nuitées isolées sont soumises à la loi sur le travail et exigent une autorisation exceptionnelle de l'inspection cantonale du travail. Pour rendre service aux enfants et aux parents, le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), de concert avec l'association faîtière suisse des crèches d'enfants (Kibesuisse), a mis au point un formulaire spécial pour une autorisation de nuitée. Cela n'a pas fait changer d'avis le service cantonal soleurois de l'économie et du travail: une demande faite par une crèche d'Olten a été refusée sous le prétexte qu'elle viole la loi sur le travail. Soleure sera-t-elle bientôt la capitale de la bureaucratie?

Heidi Z’graggen

Conseillère d'Etat du canton d'Uri

Appareil radio interdit pour les champignonneurs

La protection de la nature et du paysage est très en vogue – notamment dans le canton d'Uri dont la législation paraît pourtant légèrement surannée. Le règlement des amendes d'ordre y interdit l'utilisation de certains moyens auxiliaires lors de la récolte de champi-gnons. Les contrevenants s'exposent à une amende de 50 francs. Mais quels sont ces moyens auxiliaires interdits? Ils sont cités dans l'art. 4 du règlement sur la protection des champignons sauvages. Dans le pays d'Uri, les champignonneurs n'ont pas le droit d'utiliser des râteaux, binettes et appareils radio. Existe-t-il vraiment des personnes qui partent à la recherche de champignons avec une radio dans leur panier?

Karin Rykart

Conseillère municipale de Zurich

Pas de carte de parcage artisanale pour les voitures hybrides

En ville de Zurich, les entreprises artisanales peuvent demander une carte de parcage au prix de 360 francs par an à la condition que le véhicule concerné serve à des fins profession-nelles. Soucieux de préserver l'environnement, un peintre zurichois vient d'acheter une voiture hybride pour visiter ses clients. Il s'est vu refuser la carte de parcage. Selon le ser-vice concerné, seuls des véhicules d'atelier, de livraison et de service servant effectivement à des fins professionnelles ont droit à cette carte. Les véhicules doivent être utilisés comme stock de pièces de rechange, place de travail ou pour le transport de matériel. Des signes distinctifs extérieurs comme des inscriptions ne sont pas déterminants, pas plus que des aspects écologiques, affirme l'autorité. Qu'en dit la conseillère municipale compétente, une élue des Verts?

Regula Rytz

Conseillère nationale du canton de Berne

Favoriser l'éclairage naturel dans les logements

Regula Rytz s'inquiète du manque de lumière naturelle dans les logements. Elle demande donc au Conseil fédéral de faire un rapport sur les mesures concrètes envisageables pour renforcer l'éclairage naturel dans les logements, car, affirme-t-elle, un bon éclairage naturel a des effets positifs sur le bien-être, les performances et la santé. Les Suissesses et les Suisses passent plus de 90% de leur temps dans des locaux fermés. Voilà pourquoi il faut assurer un éclairage naturel de la meilleure qualité possible dans les logements. Existe-t-il vraiment dans notre pays des gens habitant des locaux sans fenêtre? Sommes-nous en train de revenir au temps des hommes des cavernes?